Et plus encore !

Biopsies Prostatiques
Jean-François Lapray


La biopsie de prostate permet le diagnostic positif du cancer prostatique par le prélévement de fragments prostatiques. Ceux-ci sont ensuite soumis à une étude histologique dans un service d’ anatomo-pathologie.
C’est le seul examen capable d’affirmer le cancer .
La présence de cellules cancéreuses peut parfois être décelée par l’étude histologique sur des fragments de prostate obtenus lors d’une intervention chirurgicale effectuée sur l’adénome prostatique et donc à titre mécanique, pour désobstruer l’écoulement de la vessie. (Cette intervention chirurgicale s’effectue soit par les voies naturelles : résection prostatique transurétrale ou REUP ou RUP ou RTUP, soit par incision sus-pubienne : adénomectomie par voie haute ou AVH ou Millin ou Freyer).

La positivité de l’examen histologique est nécessaire, y compris médico-légalement, pour entreprendre le traitement du cancer prostatique

Une information doit être faite au patient par le médecin qui demande l’examen de la technique, de la tolérance et des complications éventuelles :
- La technique est très améliorée par le guidage des prélévements sous contrôle échographique,
- La tolérance est bonne avec une anesthésie locale faite immédiatement au début de l’intervention,
- Les complications essentielles qui sont le risque hémorragique et l’infection sont prévenues par l’arrêt de tout traitement anticoagulant et d’aspirine 10 jours avant et par la prise d’antibiotiques avant, pendant et après le geste ainsi que l’utilisation d’un matériel stérile et d’aiguilles à usage unique.

Tout ceci vous est expliqué oralement lors du rendez-vous et précisé sur la feuille de préparation qui vous est remise personnellement et que vous devez suivre scrupuleusement. Nous sommes à votre disposition pour répondre aux éventuelles questions.

La biopsie est décidée sur un faisceau d’arguments prenant en compte les données du toucher rectal, du taux de PSA (et parfois du PSA libre) et souvent de l’échographie endorectale. Un ou deux de ces trois examens peuvent être normaux. Ces examens sont spécifiques de la prostate mais pas du cancer prostatique, c’est pourquoi il est nécessaire en cas d’anomalie de peser le bénéfice des biopsies. La décision pondérée du médecin qui prescrit la biopsie, et qui en a l’habitude, intégre en outre d’autres facteurs (antécédents personnels et familiaux, âge etc… )

AVANT LA BIOPSIE

+ LES JOURS AVANT

-  Arrêt absolu des anticoagulants et vérification dans ce cas d’un bilan de coagulation normal. En particulier arrêt des anti-agrégants plaquettaires (il n’y a pas d’antidote si complication). Arrêt de l’aspirine 10 jours avant.
Le médecin responsable de la prescription des anticoagulants doit être consulté en cas de besoin pour la fenêtre thérapeutique couvrant la biopsie. S’il estime que la poursuite des anticoagulants est nécessaire, le geste ne peut se faire qu’en hospitalisation de jour.

-  Vérification de l’absence d’infection urinaire

-  Prise d’antibiotiques selon le protocole de la prescription qui vous a été remis. La prise peut être modifiée en cas de risque particulier. Téléphoner en cas de tendinite avec Noroxine ®.

-  il est nécessaire de s’organiser pour venir accompagné

+ LE JOUR MEME

Prise d’antibiotiques chez vous selon la prescription.

Lors de votre arrivée dans le Centre, vous êtes pris en charge :

-  Lavement évacuateur effectué dans le Centre immédiatement avant la biopsie

-  Prise orale d’un anxiolytique visant à une meilleure décontraction ( vous ne devez pas conduire après l’examen et vous devez venir accompagné )

-  Après l’installation sur le lit dans la salle d’échographie, le médecin vous interroge, examine le dossier, vous rassure et réalise une échographie urinaire, puis après un toucher rectal avec désinfection vous installe sur le côté gauche. Il réalise une échographie prostatique endorectale avec la sonde qui a été stérilisée. L’examen se poursuit avec la sonde endorectale. Il réalise ensuite une anesthésie locale autour de la prostate (du même type que chez le dentiste) sous vision échographique avec une aiguille très fine à usage unique puis effectue une série de prélévements, toujours sous contrôle échographique de la position de l’aiguille de biopsie. Cette aiguille de biopsie à usage unique permet de découper instantanément grâce au puissant ressort du boitier automatique un fin cylindre de parenchyme prostatique. Il y a un « clac » audible au moment du déclenchement du ressort qui correspond à l’avancée de la partie interne de l’aiguille puis presque simultanément de la partie externe qui vient la recouvrir en découpant le cylindre (voir schéma du prélévement).

schéma du prélévement (In F.Cornud)

-  L’extrême rapidité du mouvement explique la bonne tolérance. Le médecin réalise environ 12 prélévements, parfois moins (en cas de petite prostate, de coque, de suivi de traitement etc…) ou parfois plus.
Les prélévements sont à chaque fois répertoriés sur leur localisation dans la prostate, déposés sur une mousse d’une petite cassette, marqués à une des extrémités à l’encre de chine. Les cassettes identifiées sont ensuite immergées dans un flacon de formol puis envoyées au service d’anatomo-pathologie pour un examen histologique (microscopique).

- Après la biopsie, vous êtes conduit dans la salle de préparation où vous vous reposez. Vous pouvez apporter de la lecture. La personne qui vous accompagne peut être à vos côtés. Après 45 mn à 1 h, et vérification que tout va bien, vous vous rhabillez puis le médecin vous remet le double du compte-rendu de l’examen qui sera envoyé au médecin prescripteur avec les résultats. Les suites de cet examen vous sont expliquées et sont précisées sur un document qui vous est remis en mains propres.

LES JOURS SUIVANT LA BIOPSIE

- Du sang peut être observé dans les urines pendant quelques jours. Il est conseillé de boire et d’uriner abondamment. Il est déconseillé de reprendre le traitement anticoagulant si ces hématuries sont abondantes (consulter votre médecin). Du sang peut être observé dans le sperme, parfois pendant plusieurs semaines, ce n’est pas un signe alarmant.
- Vous devez surveiller votre température et en cas d’état fébrile contacter immédiatement le médecin praticien, votre médecin ou un service d’urgence car un traitement antibiotique supplémentaire doit impérativement être institué (il existe alors un risque d’infection généralisée), ainsi qu’en cas de symptome anormal.
- 

LES RESULTATS
Les prélévements nécessitent une préparation par le laboratoire avant la lecture ce qui fait que les résultats sont obtenus au bout d’une huitaine de jours. Les résultats , en cas de cancer (adénocarcinome prostatique) précisent :
- le nombre de prélévements positifs, leur localisation et sur chaque prélévement la longueur en mm de la zone atteinte sur la longueur totale du prélévement.
- le score de Gleason qui est l’addition des 2 grades les plus représentés dans les prélévements. Les grades vont de 1 à 5 et le score va donc correspondre à un chiffre entre 2 à 10 qui est croissant en fonction des atypies cellulaires et architecturales de la lésion(voir figures).
- l’éventuelle extension à la capsule prostatique.

06

Il est donc nécessaire que les résultats de biopsies positives soient annonçés par le médecin prescripteur et commentés par l’urologue qui prendra en charge le traitement.